Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemNextendLibrary has a deprecated constructor in /flex/storage/salam-amicale.eu/site/www/plugins/system/nextendlibrary/nextendlibrary.php on line 10
Livre : Dans le ciel du Maroc

L’Edito du Président

president 04

Chers Salamites et sympathisants,

Mon édito de ce numéro 213 insiste sur l’importancede notre assemblée générale quant àl’élection du nouveau conseil d’administrationet du nouveau bureau pour les quatreprochaines années de la vie de notre amicale.Nous sortons d’une crise sociale, économique qui a bouleversé....

lire la suite

couv ciel maroc01

couv ciel maroc02

Dans le ciel du Maroc
L’ouvrage a été écrit dans le cadre de la démarche mémorielle.
La création de la stèle ayant solliciter aucun financement de la par des institutions susceptibles de s'y intéresser, j'ai fait éditer le livre à compte d'auteur et j'ai proposé de le diffuser gratuitement aux personnes intéressées, moyennant le versement d'un don pour l'entretien de la stèle. À ce jour prés plus de 200 donateurs ont versé un don souvent modeste. •Commande, contact téléphonique :
06 10 45 14 65 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Dès le début du XXe siècle, la France a joué un rôle déterminant dans l’essor de l’aviation. En 1909, l’achat des premiers aéronefs pour l’armée marque le point de départ de l’aviation militaire française. Le général Roques donne à ces aéronefs le nom « d’avion » en hommage à Clément Ader, et crée l’aéronautique militaire le 29 mars 1912. Dès le lendemain, le 30 mars 1912, la convention de Fès instaurant le protectorat français sur le Maroc est signée. Les premiers avions sont alors envoyés, et à la fin de 1912 l’aéronautique militaire est pour la première fois employée au Maroc dans le cadre d’une  opération réelle. Aussi, dans son ouvrage Dans  le ciel du Maroc, François Cathala a-t-il voulu nous remémorer la longue histoire des relations franco-marocaines, et l’histoire de la présence française dans ce pays. Il a aussi voulu nous faire découvrir le volet souvent méconnu de l’aéronautique militaire qui a tenu un rôle singulier. Il a replacé ce volet dans le contexte général de l’histoire de l’aviation, en faisant le choix d’une présentation chronologique qui permet de ressentir l’évolution de ce monde en pleine évolution, année après année. Un cheminement qui est jalonné de découvertes, d’exploits, de  victoires, mais aussi de drames. Au fil des pages, vous vous imprégnerez de cette histoire de l’aviation et de celle de l’aviation militaire au Maroc. Vous découvrirez le rôle important des escadrilles puis du 37e régiment d’aviation, dans les missions d’appui des colonnes au sol, avec les survols de zones  hostiles, et les premières évacuations sanitaires… Vous vous intéresserez à l’histoire des principales bases aériennes du Maroc, où ont été formés de  nombreux mécaniciens, radio-navigateurs, et pilotes de l’armée de l’air… Puis, vous vous plongerez dans l’histoire de Fès, cité millénaire, capitale de l’action française lors du protectorat et centre nerveux de l’aviation militaire. Un centre qui deviendra la base aérienne 124 « capitaine Petitjean », une base-école de pilotage, puis une base-école des transmissions. Vous vivrez au rythme de cette base, au travers des nombreux témoignages et photos qui ont été rassemblés. Ce livre est le fruit d’importantes recherches et d’un travail considérable et fouillé. C’est l’ouvrage d’un homme passionné pour l’aviation, d’un homme attaché au pays de ses racines, de son enfance… Il est né dans cette ville de Fès où l’aviation a toujours été présente. Il en est parti en 1963 pour s’engager dans l’armée de l’air, alors qu’il n’avait pas 18 ans. Après un passage au centre de sélection de Nîmes, il est affecté au centre de traitement informatique de I'armée de l’air à Paris où il reçoit une formation d’informaticien. Il restera trois années seulement dans I'armée de l’air, trois années qui le marqueront toute sa vie… Comme il l’a écrit « trois années qui, au contact des militaires, ont eu un effet structurant sur ma conscience ».
Son livre est une référence précieuse pour les curieux d’aviation et les passionnés de l’histoire du Maroc. Au-delà de l’histoire d’une aventure humaine, il est un hommage à tous ceux qui ont appartenu à cette aviation militaire, à tous ceux qui ont servi sur les bases aériennes de Fès, Meknès, Marrakech, Rabat, Casablanca… Il est une référence pour toutes les unités qui ont repris les traditions des escadrilles et des bases aériennes du Maroc. Et il est aussi la mémoire de tous ces aviateurs, qui un jour Dans le ciel du Maroc ont été frappés par le destin. La mémoire de ces aviateurs… c’est ce qui m’a fait rencontrer François Cathala, dans le cadre du projet du mémorial des aviateurs, qui a pour objet de rendre hommage aux aviateurs morts dans l’accomplissement de leurs missions, depuis les débuts de l’aéronautique militaire.
Lorsqu’il m’a demandé de rédiger la préSALAMno 212 • SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE 2021
Des livres à disposition Pour tous renseignements téléphoner au 09 80 91 35 68. face de ce livre, je pensais qu’il s’agissait uniquement d’aviation. Or, quelle ne fut pas mon émotion en découvrant qu’il s’agissait aussi de l’histoire du Maroc et de la ville de Fès. Cette ville de Fès où mon grand-père maternel, sous-officier de gendarmerie, a été affecté, au titre de la force publique au Maroc, en 1913, peu de temps après la mise en vigueur du protectorat. J’ai retrouvé dans ce livre les récits de mon grand-père lorsqu’il devait se rendre dans les tribus… J’ai aussi ressenti la profonde admiration qu’il portait au maréchal Lyautey, à son oeuvre, et à la noble conception humaine qu’il se faisait de son métier… François Cathala a quitté I'armée de l’air, il y a plus de 50 ans. Mais il a continué à servir comme réserviste et comme administrateur de l’association nationale des sous-officiers de réserve de I'armée de l’air. Il est toujours resté fidèle à cette armée… c’est sans doute parce qu’il avait aussi ressenti en son sein cette noble conception du métier… • Préface du général de corps aérien (2eS) René Perret ancien commandant de la force aérienne de projection président d’honneur des « Ailes Brisées »